Témoignages implants zygomatiques


«Je n’ai plus peur que mes dents tombent»

«J’ai eu une histoire dans ma vie, de la bouche: j’ai toujours souffert. C’est l’un de mes points faibles. Même si j’ai toujours pris soin de moi, les choses sont devenues très compliquées et j’ai beaucoup souffert. J’ai eu de nombreuses caries depuis que je suis petite. Le calcium? Vous pouviez voir que j’en manquais. J’avais des implants en haut et en bas. Bien qu’ils me l’aient fait deux fois, ils ont échoué et ils m’ont dit que la seule solution que j’avais était de porter une prothèse.

Depuis quelques années, je porte des prothèses dentaires comme les personnes âgées. La vérité est qu’elle présentait de nombreux inconvénients. J’ai beaucoup souffert. Je ne pouvais pas bien manger. J’ai eu beaucoup de plaies et les prothèses ont toujours bougé. Et j’ai passé toutes ces souffrances seul; parce que ce sont des choses que vous n’aimez pas expliquer non plus et aussi que j’étais plutôt jeune… Le fait est qu’à la fin, j’ai souffert; J’ai perdu beaucoup de poids: je ne pouvais pas bien manger, je ne pouvais pas socialiser. Quand je suis allé à la plage, je devais aussi faire attention aux vagues: je devais toujours mettre beaucoup de colle. Finalement, j’ai réalisé que je devais trouver une autre solution. Les gens qui m’ont soigné ne savaient plus. J’ai trouvé le Dr Aparicio en ligne et j’ai également vu de bonnes critiques. Alors je suis venu ici, pour voir ce qui pouvait être fait « 

Le jour de la chirurgie, l’équipe chirurgicale a placé des implants zygomatiques au-dessus et des implants réguliers en dessous. Ce même jour, ils ont également pris des empreintes pour avoir des dents fixes le lendemain.

« Oui, d’accord. Cette journée a été longue. Ma vie a totalement changé. C’est drôle que si j’avais su, je l’aurais fait plus tôt. Je ne connaissais pas cette solution à mon cas, car c’est une solution difficile… et vous ne l’expliquez à personne non plus. Vous n’avez pas non plus d’informations et lorsque vous écoutez certains professionnels, ils ne le savent pas. J’ai eu beaucoup de chance car ma vie a totalement changé. Je pense que je me suis retiré des années. Même si j’ai 52 ans, il y aura toujours un avant et un après. Je ne sais pas ce qui va se passer dans l’avenir, mais le mois dernier, j’ai une vie sociale beaucoup plus riche: je veux sortir, parler, parler normalement.

Je n’ai plus peur que mes dents bougent, je n’ai plus peur des prothèses qui tombent avec les vagues de la mer, quand je fais du sport, je peux rire, je peux parler, je chante… Je n’ai pas à accrocher mes dents le matin, ni le verre d’eau le soir, même pour mon mari… C’est tout: la qualité de vie. Je me suis beaucoup amélioré et je suis très content; Je voudrais le partager également avec les personnes qui en ont. Bien sûr, seules les personnes qui en souffrent savent ce que c’est. S’il y a quelqu’un qui vit cela et qui a aussi un certain inconfort ou un problème similaire au mien… venez ici. Ils l’accueilleront très bien et le médecin, eh bien, il vaut un empire. Il voyage beaucoup; mais il sera là pour eux, pour cette personne.

Que vous soyez jeune ou vieux, je pense qu’ils peuvent le résoudre et s’ils ne le peuvent pas, pour une raison quelconque, si quelqu’un est pire que le mien, ils vous le diront. Parce que ce sont des gens très honnêtes et c’est clair pour eux. Je suis très heureux d’avoir subi un petit sacrifice, ou un gros sacrifice, qui est comme… eh bien, alors vous oubliez et réalisez que cela en vaut la peine. Je le recommande aux personnes qui ont mon problème. Et rappelez-vous que vous êtes courageux, vous êtes courageux… « 


«Peu de gens savent comment les implants zygomatiques pourraient les aider»

Dans l’interview après l’opération, Manuel a été très heureux et a souri pendant toute la conversation. Il nous a dit qu’il était à son médecin de famille, du CAP (centre national de santé en Espagne) et le médecin lui a demandé comment il allait après la chirurgie des implants zygomatiques. La réponse du patient a été «très bien».

La principale préoccupation du médecin de famille était de savoir où le chirurgien avait placé les implants car il savait que notre patient souffre d’atrophie maxillaire sévère et n’a pas beaucoup d’os dans la partie supérieure de la bouche. Manuel, notre patient, lui a expliqué que la technique ZAGA implique de placer de longs implants dans l’os zygomatique. A ce moment, son médecin a été surpris, il n’était pas au courant de ce type de rééducation. En tant que médecin, bien sûr, il connaissait l’os zygomatique, mais il ne savait pas qu’il était possible de placer des implants dentaires là-haut.

Manuel pense qu’il y a peu de gens qui le savent et il nous a raconté une anecdote sur un jeune médecin qui a été complètement surpris de l’intervention et ne savait pas exactement comment agir au moment où la patiente est venue lui demander une prescription. Manuel nous a dit que lorsqu’il est entré dans le bureau de consultation… elle voulait appeler l’ambulance parce que bien sûr, elle l’a vu avec ces bleus. Le jeune médecin a demandé ce qui lui était arrivé et s’il avait besoin d’une ambulance. À la fin de cet entretien, notre patient, Manuel conclut que le traitement par implants zygomatiques devrait être plus populaire car en ce moment il ne connaît pas autant de personnes conscientes de ce type de rééducation dentaire.


«Je pensais que je n’aurais plus jamais de dents fixes.»

J’ai actuellement 58 ans. Au Mexique, et plus encore à ma naissance, la dentisterie n’était pas vraiment avancée. Alors quelles que soient les caries que vous aviez, ils vous ont arraché la dent. Plus tard, j’ai eu un accident dans l’armée: je suis tombé d’un tremplin de 10 mètres et j’ai perdu mes pièces avant. Les implants ont commencé et étant dans le domaine médical, j’ai trouvé quelqu’un pour faire des implants traditionnels. J’étais encore jeune: j’avais environ 35 ans et cela s’est terminé par un désastre car j’avais une dent incluse dans le palais et ils l’ont enlevée avec près de la moitié du maxillaire et cela a fait échouer les implants que j’avais déjà.

Ils m’ont dit qu’ils pouvaient en placer quelques plus petits, qu’ils pouvaient faire une élévation du sinus maxillaire, ce qui consiste essentiellement à soigner les os, à les implanter. Ils ont essayé de le faire mais ils ne se sont jamais ostéointégrés et sont tombés. Enfin, il y a environ cinq ou six ans, je devais déjà utiliser la prothèse amovible, avec tout ce que ça veut dire: de la colle… J’aime beaucoup chanter et j’ai donné des conférences médicales: je suis gynécologue mais je ne pouvais plus le faire, ni ne l’a fait Je vois des patients parce qu’il parlait bizarrement ou que soudainement la prothèse tombait.

Je pense que je me suis bien adapté pour utiliser la prothèse amovible mais c’est toujours le manque d’estime de soi et le manque de sécurité car ça va décoller ou ça se voit quand on rit. Ensuite, j’ai commencé à faire des recherches et j’ai commencé avec qui avait le plus d’expérience. Puis j’ai trouvé le Dr Carlos Aparicio. Je lui ai écrit, comme aller frapper à la porte. Je dis que je suis untel, je lui ai envoyé des vues panoramiques de ce qui m’arrivait… Il m’a dit: «Eh bien, tu dois prendre la tomographie maintenant et me l’envoyer. Ceci, si apparemment vous êtes un cas d’atrophie maxillaire sévère, irait bien avec les implants zygomatiques.

Puis pendant 5 ans, j’ai flirté avec lui, disons, lui parlant, lui disant que s’il venait au Mexique ou dans un endroit plus proche… j’ai envoyé mon Fichiers DICOM, non sans avoir eu des ennuis avant parce que la situation économique au Mexique est si difficile mais il y a une opportunité et ils m’ont facilité la tâche.

Et comment vous êtes-vous convaincu que les implants zygomatiques sont la solution pour vous?

Parce que toutes les radiographies et tout ce que j’ai vu, c’est que je n’ai pas seulement une atrophie, je n’ai pas de mâchoire, il n’y a vraiment nulle part où me poser un implant. Je n’en ai pas, c’est une atrophie si grave que je n’ai pas de maxillaire. Je suis la seule… à quoi sert cette atrophie? Et bien la seule chose qui soit possible, ce sont les implants osseux ou zygomatiques. Tous les plus petits ou les plus courts sont quand il y a de l’os et je n’ai rien.

Après l’opération

Je suis étonné et très reconnaissant envers le Dr Aparicio, Radu, David Pastorino car quel que soit le traitement médical, et c’est un «excellent», ce sont de très bonnes personnes et nous ont traités d’une manière incroyable. Je peux vous dire que c’est un rêve, je pensais que je n’aurais plus jamais de dents fixes. Plusieurs médecins m’avaient déjà dit que ce n’était pas possible, que tout était très difficile. Donc trouver le Dr Carlos a été chanceux pour moi et c’est comme un miracle.


«Depuis dix ans, je sens que je suis né avec ces dents.»

J’ai été obligé d’utiliser des prothèses amovibles dès mon plus jeune âge. Cela m’a donné un complexe d’infériorité par rapport aux autres enfants de mon entourage. J’avais donc tendance à parler et à rire peu, parce que je ne voulais pas montrer mon appareil. Le problème est devenu très grave : mon visage et ma bouche ont commencé à se déformer. Pendant ma première visite, le Dr Aparicio m’a demandé de sourire avec la bouche grande ouverte, mais je n’ai pas réussi à le faire : je lui ai dit que je n’avais pas souri ainsi depuis des années. […] J’ai ensuite été opéré des zygomatiques. Depuis dix ans, depuis ce moment et jusqu’à aujourd’hui, j’ai l’impression d’être né avec ces dents. Je parle et je ris beaucoup, je suis devenu beaucoup plus sociable. Personne, chez moi, ne sait ce que tout cela m’a coûté.


«Quand je me suis vue avec la nouvelle prothèse, mon cœur s’est enflé de joie.

Il y a treize ans, on m’a diagnostiqué une périodontite avancée, qui devait être traitée. Mais étant donné que je n’avais pas mal, je n’ai rien fait jusqu’à ce que […] l’une des molaires de ma mâchoire inférieure a commencé à me faire beaucoup souffrir. Je suis allée voir le dentiste, et le résultat n’aurait pas pu être plus décourageant : presque toutes mes dents étaient déchaussées et une perte osseuse étendue était possible. Je suis rentrée chez moi, totalement dévastée. Le Dr Aparicio et son équipe m’ont traitée avec compassion, affection et professionnalisme, et m’ont expliqué toutes les étapes du traitement. L’opération a eu lieu le 15 avril, sous anesthésie locale. Le processus a été long : il a pris près de 8 heures, parce qu’il a fallu retirer tous les fragments de dents (26 au total) et installer deux implants zygomatiques ainsi que d’autres implants dans les mandibules supérieure et inférieure. Le jour suivant, je suis revenue pour poser les prothèses temporaires, supérieure et inférieure, et on m’a donné des consignes générales (de nettoyage, d’alimentation etc.). Lorsque je me suis regardée dans le miroir et que j’ai vu mes nouvelles dents, j’étais vraiment heureuse. J’aimerais souligner les points suivants :

  • Au risque de me répéter, la compassion et le professionnalisme dont le Dr Carlos Aparicio, le Dr Wafaa Ouzzani, et le reste de leur équipe ont fait preuve à mon égard m’ont vraiment mise à l’aise et m’ont rendu nettement plus réceptive au traitement.
  • Pendant l’opération, je n’ai jamais eu mal, parce que l’anesthésiste était constamment là pour surveiller et contrôler la situation.
  • Je n’ai pas non plus eu mal par après, même si une petite irritation est inévitable (avec les points de suture, la cicatrisation des gencives etc.)

«Maintenant, je peux mordre dans les pommes!»

J’ai trois enfants, et mes problèmes dentaires ont grandi en même temps que ma famille. Je souffrais d’une perte osseuse importante, et l’on m’a dit qu’il me faudrait des greffes osseuses dans la zone des sinus, mais j’ai choisi de ne pas être opérée. Enfin, pas avant d’être entrée en contact avec le Dr Aparicio, qui m’a convaincue d’opter pour une autre méthode de positionnement d’implants. Mon opération a eu lieu le 28 octobre 1999. Il a utilisé sa technologie d’implants inclinés, et nous n’avons pas eu besoin de greffes osseuses. J’avais un souhait… être capable de manger des pommes comme quand j’étais petite. Et aujourd’hui, je peux CROQUER LES POMMES A PLEINE DENTS !


«Je peux certainement dire que ma vie a changé.»

Si vous me le permettez, je vais utiliser mes propres mots, parce qu’ils sont honnêtes, même si je ne connais pas le jargon technique. J’en avais assez d’avoir de fausses dents, de souffrir physiquement et mentalement : j’ai donc parlé à mon dentiste pour voir s’il serait possible de me faire poser des implants. Il m’a répondu « impossible », parce que l’os était en train de s’éroder et qu’aucune prothèse ne pouvait fixer les implants nécessaires. […] Je me voyais déjà vieux et décrépit, incapable de consommer autre chose que de l’eau. Un petit peu plus tard, j’ai voyagé en Europe pour faire des recherches et j’ai été très impressionné par l’efficacité du processus du Dr Aparicio. Il m’a expliqué toute la procédure et le taux de réussite. Il m’a également donné le prix, et même si la décision n’a pas été facile, nous avons décidé de continuer (avec toute la famille). Dès que la décision a été prise, je peux dire avec certitude (comme beaucoup d’autres, je pense), que ma vie a changé. Voilà pourquoi j’ai vraiment apprécié le traitement que j’ai reçu, d’un point de vue personnel mais aussi en raison du professionnalisme dont tous les membres de l’équipe ont fait preuve à chaque étape.


«Je peux certainement dire que ma vie a changé.»

Témoignage: Souriez avec des implants zygomatiques

Aujourd’hui, JC sourit avec des implants zygomatiques et partage son témoignage avec nous. Il souhaite offrir aux autres patients ses sentiments et son bonheur. Quelques années se sont écoulées depuis qu’il a été opéré. Maintenant, JC sourit avec confiance en se faisant photographier. C’est particulièrement important pour lui car il a hérité d’une passion pour la photographie de son père.

Témoignage de JC, Smile with Zygomatic Implants

«Mon père était photographe. J’ai hérité de sa passion pour la photographie. Cependant, je n’aimais pas être devant la caméra. D’anciennes photos montraient que ma bouche était en mauvais état. Je ne pouvais ni manger ni rire correctement, et j’ai finalement décidé de tout réparer. Ensuite, la chirurgie implantaire zygomatique a eu lieu. J’ai choisi la sédation complète parce que je ne voulais rien savoir. Tout s’est très bien passé et je passe maintenant un bilan de santé chaque année. Je suis très heureux. Je peux manger presque tout – je fais attention aux aliments durs. En plus de ça, je souris sans me soucier quand on prend des photos de famille!

Plus d’informations sur son témoignage

La passion de JC pour la photographie est liée à l’esthétique de la prothèse finale que les patients reçoivent. L’ensemble final de dents fixes ressemble et se sent comme des dents naturelles. JC reste prudent lorsqu’il mange des aliments durs. Habituellement, les professionnels recommandent une alimentation douce pendant quatre mois après la chirurgie. Ensuite, les patients peuvent manger et mordre comme avec des dents naturelles. JC ne manque aucun contrôle annuel. Il sait que cette visite de routine au cabinet dentaire garantit le succès à long terme de la procédure. Dans de très rares cas, des complicationspeuvent apparaître. Les Centres ZAGA sont experts dans le traitement des complications liées à ce traitement. Plus important encore, ce sont des professionnels qui redonnent le sourire aux patients avec des implants zygomatiques. Enfin, JC a de nouveau confiance en lui. Indicateur de sa qualité de vie, la confiance en soi représente l’un des objectifs de ses plans de traitement. En effet, chaque plan de traitement s’adapte aux plaintes et aux objectifs personnels du patient.


«Je peux mâcher, rire et parler sans craindre de perdre la prothèse»

Mes implants zygomatiques ont été posés il y a treize ans maintenant. A partir de mes huit ans, j’ai eu beaucoup de problèmes de caries et d’infections persistantes qui affectaient plusieurs dents. A 19 ans, j’ai reçu une prothèse partielle, qui reliait les parties restantes. En raison de cette maladie, je souffrais d’une dépression grave, et je ne voulais pas sortir en public. La prothèse n’a duré que quelques années et a fini par se casser.

Aujourd’hui, avec les quatre implants zygomatiques, la prothèse est parfaitement fixée. Ma vie a radicalement changé il y a treize ans. Pour la première fois depuis des années, je peux mâcher, rire et parler sans craindre de perdre la prothèse… tout cela grâce au docteur Aparicio. Ce n’est pas seulement un professionnel incroyable : il vous comprend et vous traite avec gentillesse, sympathie et affection et vous rassure. Je me suis fiée à lui, et grâce à son travail, ma vie a totalement changé. Je suis une personne différente aujourd’hui.


«La peur et l’insécurité qui m’avaient harcelé ont disparu à jamais.»

«En raison de la perte de plusieurs de mes dents au fil des ans, j’ai dû supporter de porter une prothèse dentaire supérieure inconfortable et difficile. Elle me donnait des nausées et des haut-le-cœur. Peu importe ce que je mangeais, je ne pouvais pas y échapper. Pire encore, les prothèses étaient très fines et fragiles, et mettaient en danger ma santé et ma sécurité. Elles se cassaient souvent, et à chaque fois que je voyageais, je devais faire des recherches pour savoir où trouver un prothésiste en urgence là où j’allais. J’ai utilisé ce type de services plus d’une fois. Je suis allée voir le Dr Aparicio, et j’ai été convaincu dès la première consultation que je pouvais me fier aux soins de son équipe.

L’opération pour les implants zygomatiques a été faite en novembre 1998. En quittant la clinique, j’ai immédiatement commencé à vivre une vie normale, qui se poursuit aujourd’hui. J’ai « fêté ça » avec un bon steak, ce que je n’avais pas pu manger depuis bien longtemps ! Ma vie a changé en mieux il y a 14 ans. La peur et le manque de confiance qui me faisaient souffrir ont disparu pour toujours. Je voudrais remercier l’équipe et plus particulièrement le Dr Aparicio, vous avez résolu mes problèmes dentaires. Je vous remercie! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *